» Informations générales » Medias » RESF37 » Après les déboutés et les travailleurs, la Préfecture s’en prend aux étudiants sans papiers !
 

  • Réactions aux articles
  • L'actualité sur le web
  • Index par mots-clés
  •  

    Après les déboutés et les travailleurs, la Préfecture s’en prend aux étudiants sans papiers !
    Rassemblement devant le commissariat de Tours mercredi 1er février à 16 heures

     

    Le Réseau Education Sans Frontières d’Indre-et-Loire (RESF37) et le RESF-Joué communiquent :

    Après les déboutés et les travailleurs, la Préfecture s’en prend aux étudiants sans papiers !

    Ce 31 janvier 2012, Edgar AVRAMIAN, 24 ans, étudiant en deuxième année de LEA, vient d’être arrêté à sa sortie de la fac et placé en rétention. Edgar, dont le cas a été évoqué lors de la conférence de presse organisée par RESF le 11 janvier dernier, est né le 03 avril 1987 dans l’Arménie encore soviétique, il a quitté son pays en 1995, avec ses parents et sa jeune sœur. Après avoir séjourné plusieurs années en Russie où sa famille et lui-même ont continué à connaitre des persécutions, il est arrivé en France en septembre 2005. Sa famille et lui-même étant déboutés du droit d’asile, ils ont pu, dans un premier temps, bénéficier de titres de séjour qui leur ont permis de gagner leur vie, et de poursuivre leurs études.

    Et puis la machine d’un État mis au service d’une politique de plus en plus ouvertement xénophobe s’est emballée. Mai 2010, après le refus du renouvèlement de son titre de séjour, première OQTF (arrêté portant obligation de quitter le territoire français). Le 22 janvier 2011, un parrainage républicain était organisé en Mairie de Joué, conjointement par le Réseau Éducation Sans Frontières et par l’Union des Arméniens du Centre.

    En mars 2011, après une longue bataille, une autorisation provisoire de séjour lui était accordée pour terminer son année universitaire. Malgré toutes les démarches entreprises, celle-ci ne sera pas renouvelée, aucun titre de séjour pour poursuivre ses études ne lui sera accordé et le 12 octobre dernier, une deuxième OQTF le frappait.

    Cruauté ! Pourquoi entraver la volonté de s’insérer et d’étudier d’un jeune homme en multipliant les pressions administratives (comment étudier avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête) et le harcèlement : son père, Samuel a, à deux reprises été arrêté et placé en rétention, à Oissel en novembre 2010 et à Palaiseau en décembre 2011. À chaque fois, les tribunaux ont ordonné sa libération. Mais que de souffrances pour la famille ! Pourquoi empêcher des jeunes, une famille, de s’insérer ? Quel gâchis pour notre pays ! Ubu roi ! Edgar et sa sœur sont privés de titre de séjour parce qu’ils n’ont pas de passeport mais l’ambassade d’Arménie refuse de leur en délivrer un, ils ont dû déposer une demande d’apatridie. Et c’est vers ce pays qu’il a quitté à l’âge de 7 ans, dont il ne sait pas écrire la langue, que l’on voudrait le renvoyer !

    Aberrant et cruel. Ne le laissez pas seul, appelez-le au 02.47.20.27.62 (n° du local de rétention).

    Nous appelons à un rassemblement devant le commissariat de Tours mercredi 1er février à 16 heures, pour manifester notre solidarité avec Edgar Avramian.

     
    Publié le mercredi 1er février 2012

     
     
    Accueil     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter