» Informations générales » Medias » RESF37 » Communiqué de presse pour le rassemblement vendredi 28 mars 17h30
 

  • Réactions aux articles
  • L'actualité sur le web
  • Index par mots-clés
  •  

    Communiqué de presse pour le rassemblement vendredi 28 mars 17h30

     

    Le Comité de soutien à Halima et Maazouza Sadnia, le Collectif "Debout la d’dans" qui soutient la régularisation de Rouillon Ndabu Lubaki, et le Réseau Education sans Frontières d’Indre-et-Loire appellent à un rassemblement de solidarité le

    VENDREDI 28 MARS A 17 H 30 PLACE DE LA PREFECTURE

    Ce rassemblement a pour but de manifester la solidarité des milliers de tourangeaux qui ont signé les pétitions demandant au Préfet d’Indre-et-Loire d’annuler les obligations de quitter le territoire prises à l’encontre de Mme Sadnia, habitante du quartier Velpeau, de nationalité algérienne, et de M. Rouillon Ndabu Lubaki, étudiant en Licence d’AES à la Faculté de Droit, Economie et Sciences sociales de Tours.

    La pétition de soutien à Mme Halima Sadnia et à sa fille Maazouza totalise plus de 3000 signatures, la plupart recueillies auprès d’habitants et d’habitantes du quartier Velpeau, de parents d’élèves et d’enseignants, qui n’admettent pas la mesure d’éloignement qui frappe cette maman intégrée depuis plusieurs années à la vie de son quartier, et sa fille scolarisée au cours préparatoire, pour qui cette rupture dans ses apprentissages serait un grave handicap pour l’avenir.

    De son côté, le Collectif d’étudiants de la Faculté de Droit "Debout là d’dans" a recueilli plus de 1000 signatures à la pétition qu’il a initiée, signatures qui viennent compléter les interventions auprès du Préfet du Président de l’Université de Tours M. Lussault, en vue de la régularisation de Rouillon Ndabu, à qui a été refusé en novembre dernier le renouvellement de son titre de séjour, la Préfecture mettant en doute le sérieux de ses études, assertion que tout dément.

    Le Réseau Education sans Frontières d’Indre-et-Loire qui soutient sans réserves ces initiatives citoyennes, affirmation d’une solidarité exemplaire, ne peut s’empêcher de mettre en relation ces décisions préfectorales d’expulsion avec la politique du chiffre qui est aujourd’hui la politique officielle du Ministère de l’Immigration. Au nom de celle-ci se multiplient des pratiques indignes de l’Etat de Droit. Ainsi, au début de cette semaine, un homme de nationalité iranienne a été arrêté au sein même de la Préfecture dans les locaux de laquelle il s’était rendu de lui-même. L’affirmation suivante faite par le Secrétaire général de la Préfecture et publiée dans le journal Libération du 24 mars est-elle crédible ? « Notre volonté est de faire du cas par cas, pas du volume…" dit-il. S’il tel est le cas, il semble pour le moins urgent de le prouver dans les faits.

    Resf37 Contact : 02 47 27 56 84, 02 47 63 27 06 06 89 68 27 65

     
    Publié le vendredi 28 mars 2008
    Mis à jour le samedi 24 janvier 2009

     
     
    Accueil     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter